Frank Giroud et moi nous sommes rencontrés pour la première fois en 2000, lors du festival d'Antibes. Il cherchait alors des dessinateurs pour « Le décalogue » et me proposa d'y collaborer. Je connaissais son travail sur « Azrayen » et la proposition était bien évidemment tentante. Mais le tome 2 de FOG venait de sortir et nous venions de signer pour un nouveau diptyque de la série… ce n'était donc pas le bon moment pour moi. En 2003, j'eus l'heureuse surprise de recevoir par la poste un gros paquet en craft contenant l'ensemble des scénarii d'une série que Frank mettait sur pied pour Dupuis. Il s'agissait de « Quintett ». FOG était un peu sur les rails et j'avais envie d'expériences nouvelles. Dès la première lecture, je fus séduit par le scénario du tome 1 et par le personnage de Dora Mars. Je venais de voir peu de temps auparavant, un reportage sur Mata-Hari et je m'étais alors dit que cela aurait fait un joli sujet d'album. Quintett se déroulait à la même époque (la première guerre mondiale) et le tome 1 mettait en scène une jeune artiste de cabaret impétueuse et volontaire qui n'était pas sans évoquer la célèbre « espionne » (Dora est d'ailleurs accusée à tort d'espionnage » Par ailleurs, le thème et la trame générale du projet étaient des plus motivant : 4 récits qui se recoupent et se complètent pour peindre une vue d'ensemble avec une chute finale en contrepoint. Un travail sur la subjectivité et la vision partielle que nous avons de la réalité.